La France sans « gène »

En France, la question de la nationalité bat son plein… En pleine crise existentielle, incapable de savoir où elle va, la France tente de se souvenir d’où elle vient, finissant par si bien se perdre qu’elle ne sait plus très bien qui elle est.

Décomplexés, désinhibés, politiques, chroniqueurs et intellectuels jouent aux apprentis sorciers, tentant frénétiquement tous les mélanges possibles pour accoucher de définitions toujours plus scabreuses. Une élue française du parlement européen, ancienne ministre de la République s’est même fendue d’une sentence aussi brutale que binaire : « La France est un pays de race blanche ». Comment a-t-on pu en arriver là ?

Evidemment, en se contorsionnant un peu, on pourra expliquer que derrière cette formule imbécile se cache une affirmation plus nuancée qui consiste à rappeler que la France est peuplée majoritairement d’hommes et de femmes de type caucasien. Certes, et après ? Cela devrait-il suffire à définir la France et donc par prolongement les français ?

Déstabilisé par ces vertigineuses traversées sur le fil distendu d’une République de funambules, j’en suis venu à me demander ce qui faisait de moi un français… 3 de mes grands parents ne l’étant pas eux-mêmes, il me fallait aller chercher ailleurs le gène patriote…

J’ai d’abord essayé de théoriser ma nationalité en la cherchant dans le sang, dans le sol, puis dans la loi et dans le droit, et puis la réponse est venue, simple, ancrée, limpide : je suis français parce que j’aime mon pays, sa singularité, ses extraordinaires paysages, son Histoire chaotique de la montagne inspirée jusqu’aux rivages de la mer latine, son goût du terroir, l’odeur de ses sous-bois, le vent qui souffle à travers les plaines de la voie sacrée, le Satan de Victor, le cœur simple de Gustave, l’amant de Marguerite, les imbéciles heureux de Georges, la Tour Eiffel quand chaque soir, le soleil se couche juste devant elle en rasant la Seine.

J’aime qu’on boive le Saint Emilion dans un verre, le Chassagne Montrachet dans un autre et le champagne dans une coupe, j’aime qu’on mime la victoire avant de jouer le match et qu’on nie la défaite juste après l’avoir perdu, j’aime qu’on mette l’église au milieu du village même lorsqu’on est athée comme un cochon, j’aime que l’on crie à bas la calotte juste avant d’aller à confesse ou qu’on croit encore que la gauche est à la gauche de la droite, j’aime le foie gras mais pas que l’on gave le canard, j’aime la corrida pour le taureau plus que pour le matador, j’aime penser que je suis un vrai marin parce que Tabarly, croire que je suis un beau poète parce que Baudelaire, un grand peintre parce que David et un bon couturier parce qu’Yves Saint-Laurent.

J’aime les histoires cousues de fil blanc de Lelouch, les répliques d’Audiard, le charisme de Gabin, l’accent de Raimu et le regard de Morgan, j’aime que Lutèce ait mérité une messe, que la Bastille ait mérité une révolution, que le Jeu de paume ait mérité un serment et qu’un roi ait mérité guillotin, j’aime que le code civil ait eu besoin d’un empereur, que la République ait eu besoin d’un Général et que l’abolition ait eu besoin d’un avocat,

j’aime enfin que la Constitution rappelle à chacun qu’être français n’est pas un état, ni même une qualité, mais une volonté et que la France accueille comme ses enfants tous ceux qui la désirent, sans distinction aucune pour peu qu’ils aiment comme moi, regarder flotter sous l’arc de Triomphe, le drapeau français au dessus d’une tombe où le soldat qui dort ne l’est peut-être pas.

J’aime mon pays à ce point qu’il ne me viendrait jamais à l’idée ou au cœur l’envie de ne pas vouloir le partager avec ceux qui veulent l’aimer aussi.

Il y a en France, des plaines du Nord aux plages de Calvi et des forêts de Vosges aux falaises d’Etretat, un refus inextinguible d’avoir peur de ceux qui le convoitent et tapis dans le massif du Vercors la force de savoir résister à ceux qui voudraient le confisquer. Ni couleur, ni religion, ni origine ne sauraient définir ce pays. Il n’existe qu’une France éternelle et elle appartient à tous ceux qui chérissent le privilège de vivre libre et la force de vivre debout.

Crédit photo Loïc Lagarde http://www.loiclagarde.com

46 thoughts on “La France sans « gène »

  1. Une petite larme en lisant ce texte, moi aussi j’ai deux grand-parents étrangers et j’aime la France parce que la Marseillaise même sur un terrain de rugby me prend le cœur.
    Nous sommes une culture avant tout, un esprit, un état d’esprit, et pour tous ceux qui nous aiment à travers le monde, pour tous ceux qui comptent sur nous pour parler haut et fort, même si quelquefois nous ferions mieux de nous taire, nous devons être intransigeants et impitoyables avec ceux qui voudraient nous rabougrir. Nous le devons a tous ceux qui au prix de leur chair et de leur sang ont défendu notre sol et nos idées, nous sommes les comptables et les dépositaires de leurs sacrifices, c’est notre dette éternelle.

    Aimé par 2 people

    1. Merci pour ce beau texte – comme en parle si bien Marcel Gauchet l- a France – bien plus que cela – une nation qui transcende et ouvre à l’universel – nous avons hâte de retrouver un leader qui saura redonner corps et fierté à cette France trop blessée, trop humiliée.

      J'aime

  2. Mon Dieu que c’est bon. J’aurais aimé écrire ce texte et en le lisant j’ai même pensé un instant que c’etait le cas…Merci pour cette vision que je partage sans réserve sauf que je suis peut être plus toreriste que vous…

    Aimé par 1 personne

      1. Ah Taureau brave ? Celui un peu caractériel qui va foncer et faire durer le plaisir pervers ? Contrairement au manso fourbe plus intelligent qui a vite compris le piège.
        La corrida c’est une imposture ou des mortifères vont venir de pâmer devant un animal piégé ,qui n a rien à faire là.
        ben si c’est de ce genre de tradition importée ,archaique et barbare dont je dois etre fière,pauvre France…
        La France vaut mieux que ça

        J'aime

  3. Si ce texte un peu « bobo » mais subtilement vu et bellement écrit n’est pas de vous, sous quelle belle plume est il venu? Le sait-on?
    Merci pour le partage, c’est un rappel très humaniste et réconfortante de ce qu’est mon pays sans « n ».

    Aimé par 1 personne

  4. Heuumm ! Magnifique texte mais quel est votre plan d’action pour garder toutes ces composantes de la France ?. L’assimilation ne fonctionne plus ! Trop de mélange, trop de mixité, plus de frontière, plus de souveraineté …. Pratiquement aucuns pays ou le multiculturalisme existe n’est en paix. Donc la France si vous l’aimez il faut la défendre autrement qu’avec des incantations littéraire. De gaulle n’est plus ! il avait une définition plus musclé pour définir la France et son peuple.

    Je suis le grain de sable
    Cordialement
    Lou

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour et merci de votre lecture et de votre commentaire. Vous avez raison, les mots de suffisent pas… mais ils sont nécessaires. La France traverse une crise d’identité. Il est nécessaire de rebâtir les base de ce qui nous définit, un nouveau contrat, un nouveau programme, un nouveau compromis entre le peuple, l’appareil d’Etat et les corps intermédiaires. Il faut peu de choses pour détruire une identité, mais il n’en faut parfois pas beaucoup plus pour la reconstruire. Quelques décisions clé, quelques symboles forts à commencer par une diplomatie qui dessine notre vision du monde. Je vous encourage à lire la tribune précédente « La France face à elle-même » où j’évoque quelques uns de ces symboles.Vient ensuite la nécessaire redéfinition du partage du pouvoir et de la représentation nationale. Je vous invite à lire ma tribune « Le jour se lève » sur ce sujet. Il suffirait de 10 décisions pour redonner à ce pays ce qui lui manque tant, une colonne vertébrale construire autour d’une vision du monde réaffirmée et un couple Liberté/Autorité rénové.

      J'aime

      1. Arrêtez vos fantasmes ! Personne ne vous impose quoi que ce soit. La France c’est la liberté alors n’essayez pas d’imposer votre vision, vos coutumes aux autres. Avez-vous peur que vos coutumes disparaissent ? Défendez les, faites les vivre et arrêtez d’accuser les autres quand vous délaissez vous mêmes vos coutumes. Souvent ceux qui n’aiment pas la France sont français. Mais qu’entendent ils par la France ? Le peuple français, son histoire, son mode de vie ou plutôt son gouvernement, sa politique (économique, sociale …) Bizarre quand un François, un Michel ou une Catherine s’adonne au French baching c’est cool, tendance car au fond oui la politique actuelle est suicidaire, on va droit dans le mur, le pouvoir d’achat baisse, le chômage augmente, trop de taxe, ….. bref n choses ne vont plus dans ce pays et ce sentiment que la France n’est plus dans le top 10 des plus beaux pays du monde couplé à notre impuissance !. Mais quand c’est Mohamed, Rachid ou Mamadou qui exprime les choses qui ne vont pas (pb de logement, discrimination au faciès, échecs scolaires, cités ghettos, … alors là ces gens n’aiment pas la France ! Ben non, au contraire ! Eux aussi aimeraient que la France soit le plus beau pays du monde et qu’ils soient considérés comme François, Michel ou Catherine, ni plus, ni moins. La façon de l’exprimer n’est certes pas la même, mais cela procède des mêmes mécanismes. Combien se reconnaitrons dans ce texte ? La quasi majorité pour ne pas dire tous. Pour les excès, et bien oui, il y en a comme partout mais ce n’est pas avec ces extrêmes qu’on raisonne ! + de 20% de français votent pour l’extrême droite, faut il conclure que la France est un pays de raciste et de fachos ? Non ! Dernière chose, les français « non blancs » (coucou Morano !) ont autant de droits et de devoirs que les autres. Ils participent également à la construction de la France de demain tout autant que les autres, ni plus, ni moins et ne vont pas attendre qu’on leurs dictent comment être des « bons » français. Ils le sont et le savent, il faudra bien l’accepter un jour !
        ps: Ne me parlez pas des criminels et des terroristes pour valider vos arguments ! Pitié !

        J'aime

  5. Je tiens à apporter ma contribution à cet article. J’ai 23 ans et je suis alternant ingénieur. Actuellement j’estime que votre billet/article est absolument et parfaitement vrai, ce qui fait que l on est français, ce qui fait que l’on se sent Français, c’est ce qu’on ressent pour la france peu importe la couleur de peau peu importe la religion et peu importe qui l’on est. La ou j aimerai apporter ma contribution c’est sur la situation actuelle de la france et des français. Aujourd hui plus personne ne se sent fier d’être français, de parler français, plus personne n’est fier de notre histoire et le comble c’est que nos politiques font tout pour que le peuple français ou qu’il soit, se sente coupable et se sente honteux d’être français. Enfin il y a les soit disant français qui vivent en france qui profitent amplement de ce que notre beau pays a à offrir sans toutefois se sentir français. Ces gens la qui vivent en france mais qui ne veulent et ne respectent pas notre pays alors avec ces gens la je ne souhaites pas partager mon pays, celui que j’aime, celui qui devrait être. J’aimerai juste que pour une fois le peuple français dans son ensemble soit fier de son pays de son histoire et de sa culture.

    J'aime

    1. Oh, là ! C’est un peu vite dit que plus personne ne se sent fier d’être Français. Certes nous avons des dirigeants incompétents, des dirigeants qui battent leur coulpe, et des médias aux ordres sans aucune fierté. Mais je suis certainement un parmi une multitude à aimer mon pays pour toutes les raisons développées par Xavier Alberti. C’est en s’appuyant sur cette fierté que nous pouvons certainement faire en sorte de changer notre classe politique sclérosée et atone. Voyez les diverses tentatives de la société civile, et appuyez-les, « Objectif-France », pour ne citer qu’un exemple…

      J'aime

  6. Le problème ne sont pas les étrangers eu même. Le vrai problème de la France ce sont tous les étranger ET français qui vive en France mais qui pense que leur vrai pays n’est pas la France. Que font-ils ici dans ce cas.
    Le problème est aussi les gens qui viennent et oublie que la France n’est pas comme leur pays natal et veulent forcer la France a adopté leur culture (je ne suis pas contre l’import de leur culture mais contre le fait que la France doivent s’adapter), pourquoi ont-il quitter leur pays? Si ils veulent changer la France il vivront finalement dans un autre pays mais qui ce transformera petit à petit en le leur.

    Votre message fait aussi référence à un document qui as un certaine âgé, la constitution. Je ne vois pas où est le problème. L’humain qu’on le veuille ou non est constituer de race comme les chiens, les chat… Mais comme on est des HUMAINS on veut ce cacher notre côté animal.

    Je suis pour ma par mi français, mi arabe mais jamais dans mon cœur je ne serai arabe car c’est la France qui m’a nourri et élevé. Jamais je ne dirais être d’un autre pays alors que je n’y ai étais quand vacance.

    J'aime

    1. Simple information, il n y a pas de race entre humain vu que l’humain est un homo sapiens sapiens, qu’il soit noir ou blanc… dc votre théorie sur les races est completement fausse…

      J'aime

      1. Cela dépend de la définition du mot race. Certes on a voulu lui donner un sens péjoratif, alors que cette notion n’a trait qu’aux différences physiques, visibles que vous ne pouvez nier. Comme pour les chiens !!

        J'aime

    2. Maxime vous êtes le gaulois de Sarkozy et non le Français de l’auteur de ce texte. Donc au lieu de vous exprimer de manière maladroite vous devriez aller dans un meeting de votre champion , vous mettre sous son nez et faire admirer votre « gauloiserie » . Peut-être consentira-t-il à faire de vous le prototype du patriote mi-arabe mi français qui a délibérément choisi de tailler dans le vif de ses gènes.

      J'aime

  7. A travers ce texte l’on se rend compte que la première définition de la citoyenneté c’est l’amour de la Patrie. Lorsqu’on n’aime pas quelque chose ou quelqu’un on s’en éloigne!
    Je suis Français d’abord parce que la France m’a accepté et puis parce que j’aime ce pays qui à contribué à faire de moi celui que je suis devenu.
    Merci pour ce texte! Je suis certain que nous sommes nombreux à vouloir l’écrire comme vous avez pu le faire mais hélas n’est pas poète qui le veut.

    Aimé par 1 personne

  8. Très beau texte.
    Je rajouterai juste qu’être français, c’est aussi être insatisfait, râleur avec ce petit coté rebel.
    C’est aussi être intransigeant sur les égalités homme / femme.

    J'aime

  9. Très belle analyse, très beau texte. Un message de concorde nationale, un message humaniste . La France ne se définit pas par une couleur de peau ou une religion . Etre français c’est aimer la France, c’est en prendre soin, c’est lui vouloir le plus grand bien .Est ce aimer la France que de diviser les français. Est ce aimer la France que d’attiser les haines entre français,. Est ce aimer la France que de rejeter une partie des français qui sont les enfants de ceux qui ont versé leur sang et leur sueur pour la liberté et la grandeur de la France. La France a besoin de tous ses enfants, elle n’en sortira que grandi

    J'aime

  10. Je suis né Français de parents Français point à la ligne,il nous faut des lois très strictes pour sanctionner
    Les racistes ,car là racisme devient une institution dans ce pays,de l arrogance de la part des institutions
    Officielle les journalistes utilisent parfois un langage arrogant,que les gens reprennent,les juifs,les arabes,
    Les pieds noirs nous avons tous un prénom un nom,je déteste ces qualificatifs,de toute façon la France
    Avance avec l’ensemble de tout ces gens et cela fait un magnifique mélange mon arrière petite fille
    C est un mélange magnifique Français Portugais et Spagnol et si l on remonte plus loin il y a aussi du
    Germanique viva la Francia Moi Martínez

    J'aime

  11. Le Français, pour moi, est avant tout quelqu’un qui adhère par conviction, et non par intérêt aux valeurs, que nos aïeux ont défendues et pour lesquelles nombreux sont ceux qui l’ont payé de leur vie. S’il vient d’une autre contrée, il devra faire le maximum pour que ses enfants épousent notre culture, et à plus forte raison, ses petits-enfants devront être intégrés (à défaut, assimilés).
    Aujourd’hui, nous constatons que beaucoup de problèmes sont créés par la troisième génération d’une immigration économique que nous n’avons, peut-être, pas su éduquer. Leur rejet de la France, qui est leur pays, puisqu’ils y sont nés, pose le problème du droit du sol. Depuis quelques décennies nous voyons naître des zones qui sortent de la territorialité, ou le droit est plus que difficilement applicable et sur lesquelles on (nos politiques de tous bords) jette un voile pudique pour cacher la réalité. Il n’est pas acceptables que pour agir dans certaines cités, nos pompiers doivent être protégés par des forces de police.

    Comme vous, je souhaiterais que tout se passe pour le mieux dans notre France chérie. J’ai porté ses armes avec fierté, plus souvent pour servir la Paix que pour porter la guerre; aussi, je pense que nos soldats seraient plus utiles si on les employaient pour effectuer le « bouclage » de ces zones qui sont hors de notre République afin de permettre aux forces de police de faire leur travail d’éradication plutôt que de leur faire faire le pied de grue pour garder des bâtiments. Il est plus que temps de remettre de l’ordre.

    Quand l’autorité de l’Etat aura été restaurée, que les délinquants auront abdiqué ou fait le choix d’émigrer vers la terre de leurs ancêtres, où l’herbe est plus verte, nous pourrons alors vivre pleinement notre idéal de partage et du bien vivre ensemble.

    La France ne connaît pas une crise existentielle, elle se meurt de trop d’angélisme.

    J'aime

  12. par moment, j’ai l’impression que ce texte a été écrit par un politique militant de gauche et quelques lignes plus loin, par la droite ….

    Mais n’est-ce pas là la qualité première de votre réflexion : mettre d’accord toutes les idéologie. Car enfin, ce qui rassemble, c’est bien l’amour alors que la haine sépare. Alors oui, être français, c’est avant tout aimer le pays dans sa géographie, sa culture, son histoire, ses valeurs. Et défendre ces valeurs n’est pas honteux, mais une obligation.
    ET par valeurs il faut entendre toutes les valeurs et pas seulement quelques-unes.

    Aimé par 1 personne

  13. Je me suis comme beaucoup d’entre nous délecté de votre prose, de votre façon d’aimer la France notre Patrie, et je suis fier d’appartenir tout comme vous à cette culture, à ce pays magnifique, riche d’un passé historique et culturel que bien d’autres nations nous envient.Ma définition de la citoyenneté, c’est d’abord de servir son pays quelque soit la fonction que l’on occupe en son sein; de respecter ses lois ses moeurs, ses coutumes.J’ai beaucoup voyagé , beaucoup vécu dans de nombreux pays d’Afrique du nord et sub-Sahariens, du Pacifique , et bien d’autres encore , aux moeurs et à la culture totalement différents de la notre.J’y ai vécu fort bien car je respectais leur mode de vie, leur religion, leurs coutumes ;nous Français, les fréquentions,ne faisions pas de communautarisme.Bien sûr la France est le pays de toutes les couleurs de peau,chaque immigrant y amène un peu de sa culture, et c’est un enrichissement pour la Nation. Là où le bas blesse, c’est quand des hommes et des femmes venus d’ailleurs vivent en communauté fermée ,,rejetant notre culture,la satanisant, tout en prophétisant des inepties. Ceux là , s’ils ne nous acceptent pas comme nous sommes tout en vivant parmi nous,,n’ont pas la vocation à devenir des citoyens Français, ou d’avoir la double nationalité .

    J'aime

  14. Le peuple aime la France mais le marché non ! Le marché s’en fou. Le bras armé des grandes entreprises et des banques c’est l’immigration. Même G. Marchais avait fait des discours dans ce sens. Donc nous pouvons avoir tous les bons sentiments du monde mais si marché est contre le peuple alors nous avons perdu. Le marché, la dette, les banques, l’Europe sont supérieurs à nos POLITIQUES. Donc vous voyez la révolution qu’il faut faire pour inverser la tendance. Tous ces commentaires sont beaux et émouvants mais le marché rigole. Le choc des civilisations pointe son nez dans les débats et nous dirige doucement mais surement vers la guerre. A qui profite tout ça ?

    Alors devenons agressif et visible sinon nous serons broyés. Je parle du peuple car les élites sont toujours épargnés.

    J'aime

  15. En lisant votre texte, des larmes me sont montés aux yeux, j’ai pensé à mon grand-père qui est devenu français par le sang versé, j’ai pensé à mon père qui a 14 ans est rentré en résistance. Je suis né dans un lointain pays où une parole trop libre vous emmènait au mieux en prison au pire dans les mines de sel. Je ne comprenais mon père quand il parlait de la France, en fait c est en arrivant en France en 1970, que j’ai compris que la France c’est un phare dans la nuit. Elle te montre la route de la liberté et elle t’offre un havre. Alors quand j’ai compris ça, je lui ai offert mes larmes, ma sueur et mon sang. Juste pour lui crier mon amour.

    Aimé par 1 personne

  16. Belle ode à notre beau pays. La France a des atouts, elle vibre, elle innove et elle bougonne aussi. Elle sais accueillir, soigner et nourrir bref elle a un cœur. Et ce cœur il faut l’encourager et l’entretenir. J’ai profondément aimé votre texte Xavier. Il est simple et si réel. Votre regard est honnête et juste. Un mot. Merci.

    J'aime

  17. La France est une idée, c’est ce qui fonde son exception. Cette idée s’estompe à défaut d’avoir été transmise, d’avoir été brouillée, diluée. Elle relève du fond de son histoire, de la mémoire de ses épreuves. Car c’est bien l’Histoire, embellie de sa langue, qui l’a conçue. Et une idée pétrie de leçons n’est rien sans volonté. La confusion des messages l’a polluée, l’inconstance de l’action l’a fatiguée. Pour s’affirmer elle a besoin de liberté, pour vaincre elle a besoin de justice. Merci à Xavier Alberti d’avoir brillamment du souffle à notre idée chérie.

    Aimé par 1 personne

  18. Un très beau texte. Un régal ! Quand on se désespère de l’attitude de certains de nos concitoyens, lire un texte de ce niveau est un réel plaisir, écrit avec le cœur. Nous avons tous notre conception d’être un français, de se sentir français, d’être fier de ce pays et de son histoire. On ne sera pas toujours d’accord, on peut se prendre la tête sur tel évènement, telle attitude, mais on fond l’important c’est d’être uni, de se respecter, de se comprendre et de partager. L’avenir s’écrira ensemble, attachons nous pour en écrire des beaux passages pour les générations futurs. Il faut savoir sortir de son environnement, d’aller à la rencontre des autres. J’abhorre le nationalisme, le patriotisme. Je peux comprendre que pour certains cela soient importants, essentiels pour eux. Mais de grâce, ce n’est pas des choses que l’on partage forcement. Je ne vibre pas quand j’entends la Marseillaise, pour autant combien de choses me rendent fier d’être français et me font vibrer ! Et j’autorise personne à me dicter comment, quand je dois être français !
    Merci pour votre texte
    Merci

    Aimé par 1 personne

  19. Je crois que nous aimons la même France, et comme vous je ne crois pas que l’immigration la mette en danger. Il me semble qu’elle est bien plus menacée par les performances de la grande distribution, par l’obsession de compétitivité internationale (jusque dans l’agriculture), par la concentration économique et urbaine, par l’illusion des NTIC et de l’économie immatérielle… mais bon, il ne faut pas m’en vouloir, je suis artisan en montagne.

    J'aime

  20. Votre texte me fait me rendre compte que je me sens français, pas parce que je suis né sur ce territoire, mais parce qu’on me le répète depuis mon plus jeune âge. je ne me reconnais pas dans votre billet, il y a un tas de choses qui me font raisonnablement ne pas aimer la France parce qu’elle a fait un tas de belles choses mais également de terribles. Est-ce anti-patriotique de le reconnaître ? Je pense qu’il faut savoir être critique envers son pays si on veut améliorer son fonctionnement car c’est notre devoir de citoyen, mais comment peut-on l’être en l’aimant de manière inconditionnelle ? Aimer la France ne devrait pas être une condition pour y vivre, on ne choisit pas d’aimer, en revanche on peut choisir d’être solidaire et respectueux envers notre prochain, ce n’est pas suffisant ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

About Xavier Alberti

Fils, frère, mari et père. Entrepreneur engagé et dirigeant d'entreprise. Membre Fondateur de la Transition et de Jamais Sans Elles.