Lettre ouverte aux 43%

Selon une étude du Cevipof pour le Monde en date du 17 mars, 43% des moins de 35 ans ne sont pas certains d’aller voter. 43%.

Chers jeunes concitoyens, compatriotes, compagnons, camarades, chers jeunes Français,

Le 23 avril se joue l’avenir de la France pour cinq ans et probablement pour plus que ça. Par les bulletins posés sur les tables de toutes les mairies et les écoles de France, vous est donnée la possibilité de faire entendre vos voix. C’est tout à la fois banal et en même temps extraordinaire et finalement crucial pour la France, pour vous, pour ceux qui viendront ensuite et pour ceux qui vous ont gagné cette liberté.

Avoir 20 ou 30 ans c’est pouvoir embrasser tous les possibles, tenter toutes les aventures, « voler, chanter, partir, repartir, souffrir, aimer » et risquer sans jamais avoir à le regretter. A 20 ou 30 ans, le regret est le compagnon de la paresse, le frère de la résignation, l’ami de l’abandon. A 20 ou 30 ans, on ne laisse à personne le soin de voir à sa place, de sentir à sa place, de tenter à sa place… ou de voter à sa place.

Bien sûr, vous pouvez hausser les épaules en prétextant que ça ne changera rien, qu’ils sont tous pareils, que vous n’y croyez pas, que vous n’y croyez plus, que vous avez mieux à faire… mais alors qu’adviendra-t-il le lendemain matin. Que direz-vous, qui serez-vous au cœur de cette République qui aura commencé à faire son choix. Où serez-vous, quand fort d’une élection peut-être gagnée sur le dos de votre abstention, les premières mesures liberticides seront prises, que direz-vous lorsque fort d’une légitimité en trompe l’œil, un nouvel exécutif rabotera vos droits, réduira le champ de vos possibles ou amputera ce que vos parents ou vos grands-parents avaient acquis sur les barricades de leurs combats, sur les piquets de leurs grèves, sur les pavés de leurs manifestations ou dans les tranchées de leurs guerres.

Quoi qu’il arrive le 23 avril prochain, mettez-vous en marche jusqu’à votre bureau de vote et là, faites votre choix, celui de votre génération, celui de vos désirs, celui de votre utopie, de vos croyances ou de votre ambition, mais faites votre choix ; celui de l’avenir que vous voulez pour vous mais aussi pour ceux qui vous admirent en levant les yeux ou en les baissant, faites entendre votre voix, celle de la liberté, celle de l’égalité ou celle de la responsabilité, faites entendre votre voix pour ou contre le nucléaire, pour ou contre l’Europe, pour ou contre le renouvellement, pour ou contre l’ISF, le revenu universel ou la réduction du nombre de fonctionnaires. Ne laissez à personne le soin de parler pour vous, de crier pour vous, d’être citoyens pour vous et finalement de choisir pour vous le visage d’une France et d’une l’Europe que vous ne reconnaitriez plus.

Ce qui se joue le 23 avril vous engage et même vous oblige. On ne peut décemment pas tourner le dos au suffrage librement offert et ensuite venir critiquer le résultat, venir marcher pour protester, venir chanter avec ceux qui ont mérité ce droit par le simple cheminement qui mène de la posture de la critique assise à celle du citoyen, dressé, responsable et digne.

On ne peut pas se rassembler le 11 janvier pour dire non à la barbarie, faire la queue devant un kiosque à journaux pour s’emparer de Charlie qui « pardonnait tout » ou s’asseoir en terrasse le 14 novembre pour faire un bras d’honneur aux barbares en kalachnikov et finalement quelques mois plus tard, se résigner un 23 avril à laisser d’autres choisir à sa place pour finir le cul vissé à son canapé à 20h en pleurant devant les résultats inattendus d’un « hold-up électoral ».

Il y a quelques mois j’ai choisi de soutenir Emmanuel Macron. C’est mon choix, je l’ai fait en conscience, il m’appartient et je le défends non comme bon, mais comme mien. Le 23 avril, comme le faisait mon père et le père de mon père, je prendrai mon fils et ma fille par la main pour aller glisser dans une enveloppe le bulletin qui portera son nom. Peu m’importe pour qui vous marcherez le 23 avril, du moment que vous marchez avec moi, pour la liberté, pour la démocratie, pour « le pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple », et parce que nous partageons cette nécessité de devoir accepter le choix de l’autre afin que s’exprime pleinement la diversité de nos visions et la complexité de ce qui fait une nation en mouvement.

Ni la loi, ni la morale ne vous obligent à aller voter le 23 avril prochain, mais votre conscience de citoyen, oui.

Xavier

22 thoughts on “Lettre ouverte aux 43%

  1. Cher Xavier,
    Je partage pleinement la démarche consistant à inviter et/ou inciter la jeunesse à faire plus que jamais preuve de civisme.
    En revanche, j’aurais aimé discuter avec toi du choix – le tien – du candidat
    Là, je ne te suis pas du tout !
    Cependant, j’aurais grand plaisir à nous rencontrer et évoquer un passé plus ou moins lointain où tu faisais tes premiers pas sur le chemin des hommes,
    Amitiés
    Biz
    José

    J'aime

  2. Totalement débile. Ne pas voter MLP ne peut pas rendre coupable de son élection. Par contre voter pour les hommes politiques qui se servent d’elle depuis des dizaines d’années pour leur tambouille électorale, qui n’a pour seul effet de la faire monter à chaque fois, ça finira par la faire gagner.

    J'aime

  3. Bonjour,

    j’ai aujourd’hui 37 an, votre post ne s’adresse sans doute pas à moi.
    Cependant osez écrire:
    « les premières mesures liberticides seront prises, que direz-vous lorsque fort d’une légitimité en trompe l’œil, un nouvel exécutif rabotera vos droits, réduira le champ de vos possibles ou amputera ce que vos parents ou vos grands-parents avaient acquis sur les barricades de leurs combats, sur les piquets de leurs grèves, sur les pavés de leurs manifestations ou dans les tranchées de leurs guerres »
    quand on voit le bilan politique récent et plus lointain, pas besoin d’attendre les prochains résultats électoraux pour constater que ce n’est pas une prédiction mais déjà l’existant.

    Julien

    J'aime

      1. Cette dérive elle provient justement de la position que vous défendez. Elle provient justement des gens qui pensent que c’est un acte citoyen que d’aller donner tout son pouvoir, l’espace de 5 minutes tous les cinq ans, au plus charismatique sur la base de discours qui n’engage rien; un pouvoir sans aucune garantie, sans aucun contrôle démocratique. Un citoyen vote des lois, définit et contrôle la constitution de la cité, il n’élit pas des représentants à qui il donne tout son pouvoir, ce qui fait que ce sont uniquement les représentants qui sont de citoyens, et le reste du peuple des enfants.

        Cette dérive elle provient de personnes qui ont été élus de façon entièrement légale, entièrement constitutionelle et qui ont fait le contraire de ce qu’ils avaient promis, et cela en toute légalité et de façon totalement conforme avec les pouvoirs qu’ils se sont donnés à travers notre constitution. L’élection étant la cause du mal, je ne pense qu’elle puisse être aussi la solution.

        J'aime

  4. M.Alberti,
    Je me sens profondemment citoyen et impregné du devoir civique. Aussi vous rappellerai-je la situation qui nous est donnée à nous, les electeurs indécis en ces temps d’action démocratique et citoyenne:
    -A l’extreme droite, un programme anxiogène et répressif qui baigne dans l’opacité des fondamentaux économiques.
    -Du coté Fillon, un programme d’austérité Tatchérien qui fera les beaux jours du patronnat et de la vieille génération des 30 glorieuses qui veut faire bosser la nouvelle jusqu’à la mort pour assurer son régime de répartition. Je ne parlerai même pas de l’homme en lui-même.
    -Au centre, un séducteur des masses attlantiste, vendu aux vieilles lunes qui métastasent notre société depuis 50 ans (Attali, Minc, Berger et je m’arrêterai là). Un VRP appatride de la finance prédatrice qui a laché Alstom, les aéroports de Toulouse et Nice pour une bouchée de pain aux Chinois et aux Italiens. Tout le monde a compris (en dehors de votre électorat bien sûr) que nous serions dans une continuité de la politique sociale-démocrate libérale à la sauce Hollandaise.
    -A gauche, deux romantiques qui n’ont pas compris que, sans leur union, c’était foutu donc pas de sinergie ni de jeu d’effervescence populaire possible.
    Pourquoi suivre un candidat qui n’a aucune chance d’être élu? Autant aller à la pèche.
    -Le reste (les 6 autres) c’est du vent et du sable, passons.
    Voilà ce que pensent globalement vos 46% (à cela, mélangez une touche de désintéressement politique et d’ignorance).
    D’autre part, il faut comprendre aussi en quoi l’abstention est plus utile techniquement que le vote blanc!
    Comme vous le savez, un vote blanc est fractionné au profit de chaque candidat. Il est donc « absorbé » dans la comptabilité démocratique.
    L’abstention, elle, est intégralement comptabilisée. Elle devient donc un instrument de mesure à part entière. Elle devient acte de contestation à la fois visible et indiscutable.
    Conclusion, une forte abstention dévoile le mécontentement populaire ainsi que l’illégitimité des candidats.
    Si l’on refléchit bien, l’abstention est votre principale évaluation périodique.
    Attendez vous à voir cet acte citoyen grandir d’années en années jusqu’à la remise en question de votre utilité. Jusqu’à la refonte de votre métier. Peut etre que l’on vous remplacera par des jeux d’Uburisation (n’est ce pas l’un de vos thèmes favoris?).
    Merci d’avoir pris la peine de me lire.

    J'aime

    1. Si vous êtes pour la contestation de la caste politique alors votez Mélenchon. C’est le seul à proposer la révocation des élus et la comptabilisation du vote blanc.

      Quand à Hamon, il est le défenseur d’un parti qui n’a plus rien de socialiste. Quoi qu’on puisse penser de lui, il sera incapable de mettre en place ce qu’il propose car plus de la moitié de son propre parti est contre lui. Si vous êtes sensibles à ses idées, alors laissez le PS mourir pour qu’il puisse se détacher du parti du centre droit de Hollande, Valls et Macron.

      J'aime

    2.  » Deux romantiques » ? Combien y avait-il de candidats de gauche au premier tour en 1981 ? et en 2012 , est ce que cela a empêché un candidat de gauche de gagner ? aujourd’hui , près de 50% des gents n’ on pas fait leur choix , alors tout est possible , sauf si des millions de gents se disent comme vous , ce n’ est pas possible !

      J'aime

  5. votre demarche me fait plaisir,simple, ouverte,explicite et surtout ne jamais oublier que voter est un devoir, nos anciens se sont battus pour avoir ce droit, la ou je ne suis pas d accord avec vous, c est votre dernier pararagraphe ,ou vous exprimer votre choix pour un candidat,……salutations

    Aimé par 1 personne

  6. J’ai toujours voté au 1er tour, souvent voté blanc au 2e. Je suis une citoyenne engagée, militante associative, salariée associative et anciennement syndicaliste, bref j’aime la politique. J’épluche tous les programmes avant d’aller voter. J’ai voté à la primaire de la gauche et aussi à celle de la droite. Pourtant au 1er tour je ferai sans doute partie des 43% (à part que mes 38 ans me mettent hors de votre cadre).
    Khamu a parfaitement exprimé les raisons de mon probable non vote au 1er tour. Au 2e j’irai (pour une fois) parce qu’il faudra éviter MLP.

    Mr Fillon est indéfendable ne serait-ce qu’en raison de son rapport à l’argent et au service de l’Etat, sans parler de ses promesses de serrage de ceinture pour ceux qui sont déjà au dernier trou. Mr Macron est prêt à vendre la France au plus offrant et à ce jour il n’a toujours pas été transparent sur ses sponsors de campagne, sur sa déclaration de patrimoine, sur ses liens actuels avec la haute finance. Mr Hamon plane à 2000 lieues avec un programme « demain on rase gratis ». Les autres je n’en parle même pas. Aucun candidat n’aura mon vote. Vous ne pouvez pas demander aux jeunes d’aller voter alors que les responsables politiques eux sont restés dans le monde d’hier.

    Du reste la citoyenneté, aujourd’hui, et particulièrement chez les jeunes, s’exprime autrement, et c’est bien le problème de nos politiques de continuer à croire que c’est le seul vote qui fonde leur légitimité démocratique. La démocratie aujourd’hui, c’est tous les jours, c’est nos choix de consommateurs, notre envie d’être associés aux décisions prises (et pas que tous les 5 ans), voire d’en prendre, par la participation, par une vraie démocratie locale, régionale, par le référendum d’initiative populaire, par le financement sérieux d’initiatives des gens, par le numérique, et aussi par la marche dans la rue quand on est pas contents, même si on n’a pas voté, et même si on a voté pour celui qui prend des mesures dont on ne veut pas. Alors oui on continuera à manifester, à être Charlie, à s’engager, et à ne pas voter tant que les candidats ne sont pas à la hauteur du peuple qu’ils prétendent gouverner.

    J'aime

  7. Je n’irai pas voter. J’aurais bien aimé voter, mais il aurait fallu pour cela que je me reconnaisse dans un candidat, un programme, un projet.

    Et ma conscience de citoyen se porte très bien. En tout cas, elle se porte mieux que si je devais glisser dans l’urne un bulletin avec le nom de votre candidat, dont on attend toujours qu’il dégaine sa fameuse pédagogie pour nous expliquer le décalage entre ses revenus et son patrimoine déclaré.

    43%, c’est énorme, plus que le score de n’importe quel candidat au premier tour.

    Vous voulez nous faire culpabiliser? Je me sentirais coupable si j’allais voter, juste pour aller voter. La rhétorique du barrage au FN, je la connais bien, merci. J’ai voté Chirac pour ce faire, contre mes convictions, parce que je pensais faire mon devoir de citoyen. Puis j’ai placé mes espoirs, comme beaucoup, dans un Hollande qui a passé son mandat à ne pas faire ce pour quoi on l’a élu.

    L’abstention est mon choix citoyen, respectez-le, analysez-le, cherchez à le comprendre. Ne croyez pas que ça me plaise de renoncer à mon droit de vote. Simplement, il n’y a pas d’alternative.

    J'aime

  8. Mr Xavier Alberti, je trouve votre démarche bien, voir très bien. Mais ai t il nécessaire de dire pour qui allez vous voter? Ça! Ça me dérange. Je vais faire comme vous. Moi je ne voterai pas pour Mr Macron, à mon sens un pur produit de la finance. Je suis persuadé qu’il sera pire que les autres, mais peut-être un mal pour un bien. Quand le peuple comprendra une fois de plus qu’il s’est bien fait enfilé, peut-être finira t-il par se soulever? Qui sème le vent, récolte la tempête…. et ça commence à pas mal gronder……

    J'aime

  9. Mr Xavier Alberti, je trouve votre démarche bien, voir très bien. Mais ai t il nécessaire de dire pour qui allez vous voter? Ça! Ça me dérange. Je vais faire comme vous. Moi je ne voterai pas pour Mr Macron, à mon sens un pur produit de la finance. Je suis persuadé qu’il sera pire que les autres, mais peut-être un mal pour un bien. Quand le peuple comprendra une fois de plus qu’il s’est bien fait enfilé, peut-être finira t-il par se soulever? Qui sème le vent, récolte la tempête…. et ça commence à pas mal gronder……

    J'aime

  10. Culpabiliser l’abstentionniste ne fera pas de votre champion l’incarnation de ce renouveau tant attendu… Pur produit du système, pur produit du gouvernement sortant qui a aligné les promesses sans les tenir, qu’espérer d’un tel personnage ?

    J’ai 36 ans et je ne voterai pas. Et si d’aventure on m’y forçait, ce n’est certainement pas votre ersatz néo-libéral shooté au jargon de startup qui aurait mes faveurs dans l’urne…

    J'aime

  11. Cher Xavier Alberti,
    Autant votre lettre ouverte, me semble de primes abord sincère et honnête, malheureusement le fait que vous ayez crû indispensable ou du moins important de donner le nom du candidat de votre choix, transforme votre lettre ouverte en propagande militantes.
    Si seulement vous aviez put vous abstenir ????
    De plus, il me paraît évident que tout les médias ont fait un choix et qu’il tente de l’imposer à base de sondages (douteux), interview biaisé, émission dirigiste (thème récurrent insécurité immigration…) temps d’antenne (tuant dans l’oeuf les « petits » candidats), en gros des pratiques tout aussi méprisable que celle de bien des politiques (pas tous, il y en a des honnêtes si si, et qui ne minore pas leurs déclaration de patrimoine et qui ont le sens des réalités).

    Alors oui je vais aller voter et ce sûrement pour la dernière fois, parceque cette année il y a un candidat qui me semble évident, et grâce à une seule de ses propositions (bien que le reste du programme soit irréprochable à mes yeux) à savoir : on efface tout et on réécrit ensemble les règles du jeu.
    Je ne citerai pas son nom contrairement à vous mais tous l’auront reconnue.

    J'aime

  12. Aujourd’hui des petits fils de bourgeois , qui ne se sont objectivement jamais battu pour quelconque droit sociaux sont dans la rue et mènent un réel combat (manif loi travail entre autres), et beaucoup d’entre eux estiment impossible d’être entendus dans les urnes. Merci donc d’éviter de catégoriser et de culpabiliser. Je ne suis pas abstentionniste parce qu un candidat représente mes idées mais je comprend complètement ceux qui le sont, c une démarche politique.
    Mais quand dans la même note vous prétendez voter pour défendre la liberté et ensuite apporter votre soutien à Macron, franchement j aimerais beaucoup mieux que vous vous absteniez plutôt que de nous tirer à tous une balle dans un pied qui a bien assez de trous comme ça. Macron est liberticide et appauvrissant, comme le furent Hollande, Sarkozy et Chirac. Ça ne fait avancer ni la démocratie ni la situation sociale. Macron fera, comme ses prédécesseurs, monter le FN, et en accusera les abstentionnistes au prochain tour.

    J'aime

  13. Comme certains je trouve intéressant votre message mais n’apprécie pas que vous vous sentiez tenu de citer votre candidat qui plus est ,est peut être le pire socialement du plateau..moi aussi je vote et je ne citerai pas le nom de mon candidat Mélenchon dans ma réponse.. voilà.

    J'aime

  14. L’aveuglement de ce genre d’article est totale. Vous ne comprenez pas l’abstention, qui est politique la plupart du temps. Je refuse de voter pour quelqu’un qui ne me représente pas. Je refuse également de cautionner par un vote blanc ce que je considère comme une parodie de démocratie. En outre l’engagement politique ne consiste pas à mettre un papier dans une urne tout les X années. C’est le système « démocratique » actuel qui est combattu par l’abstention. Ce genre d’article est la preuve que cela fonctionne. Le système actuel est tellement ancré comme « normal » que vous ne remarquez même pas que vous ne nous proposez dans cette élection qu’une déclinaison de ce système.

    J'aime

  15. Bonjour M. Alberti,

    Comme nombre de précédent commentaires, votre incohérence entre le choix de votre poulain et le fond de votre propos décrédibilise l’ensemble. encore une fois, vous tombez dans le piège culpabilisant « Si vous ne votez pas vous allez faire gagner MLP. » de l’ensemble du monde politico-médiatique depuis des année et qui fait en parti le jeu du FN.
    Vous avez peut-être été de ceux qui ont manifesté en 2002 avant le second tour Le Pen / Chirac dans un déni de démocratie scandaleux, ferez-vous de même en 2017 ?
    Mais ne vous méprenez pas je ne vote pas FN, je défends la démocratie et j’aime la démocratie mais notre système corrompu, aux mains des FMN et autres banques, où l’état depuis la loi Giscard de 1973 ne peut plus emprunter à la Banque de France sans intérêt, il est donc obligé de s’endetter auprès des banques depuis (c’est bizarre notre dette a explosé depuis cette décision ?).
    Vous ne pensez pas que la liberté, le peuple en a été privé ? Vous ne pensez pas que les parlementaires européens en ne suivant pas le référendum de 2005 n’ont pas fait un déni de démocratie ?
    Les lois liberticides sont plus insidieuses et certaines sont déjà passées, sous prétexte de sécurisation, nous sommes doucement en train de perdre nos libertés individuelles.

    C’est l’histoire de la grenouille (que vous connaissez peut-être) qui est en train de cuire doucement dans une casserole d’eau chaude dont la température augmente progressivement, elle cuit à petit feu sans s’en rendre compte…c’est même plutôt agréable au début, mais lorsque qu’elle sent que c’est trop chaud, ses muscles sont tellement engourdis qu’elle ne peut s’échapper. Les peuples sont en train de cuire doucement et ne voient pas le danger…Cette métaphore permet de comprendre notre monde mondial, où les grandes firmes s’emparent de ce qui devrait appartenir à tout le monde (arbres, semences, sous-sol, ressources des mers…) uniquement dans une logique de profit à court-terme.

    Soutenir un financier, un homme qui se dit nouveau alors qu’il est dans le système politico-financier depuis 10 ans, est un vrai non-sens intellectuel lorsque l’on se dit défendre la démocratie.
    La démocratie c’est être libre de voter, de votre blanc ou de ne pas voter. Si je ne vote pas c’est que j’indique ne pas me reconnaitre dans le système en place. Je ne veux pas voter par obligation. Laissez libres les personnes, le peuple est intelligent sous réserve de limiter l’influence médiatique (comme vous le savez la majorité de la presse est totalement contrôlée par les industriels français et en plus obtient des financements publics !).

    Vous m’étiez sympathique M.Alberti par vos idées, mais ça c’était avant que vous ne vous déclariez pour Macron (ou un autre).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

About Xavier Alberti

Fils, frère, mari et père. Entrepreneur engagé et dirigeant d'entreprise. Membre Fondateur de la Transition et de Jamais Sans Elles.