De quoi le coronavirus est-il le nom ?

Soudain tout s’est arrêté. Les avions, les usines, les rassemblements, les voyages, tout. Le monde bas carbone appelé de leurs voeux par bon nombre d’occidentaux s’est subitement mis en place, sans préavis, sans préparation, sans hésitation, comme si nous avions appuyé sur un interrupteur. Plus fort que Greta, plus puissant que l’accord de Paris, plus saisissant que Occupy Wall Street, le Covid-19 a eu raison de tout.

Car il a suffit d’un virus inconnu pour que nous décidions collectivement, presque unanimement, sans vote, sans sommet, sans résolution, sans même de polémique, qu’il fallait agir radicalement et immédiatement, en confinant des millions de personnes, en désertant les rues, en asséchant le commerce globalisé, en vidant les temples, les musées, les pèlerinages et même les bénitiers pour faire cause commune mondiale contre… « un gros rhume ».

Il ne faut pour autant pas minimiser la nature de ce virus, ni jeter en bloc les mesures qui ont été prises, d’abord parce que ce que nous savons aujourd’hui du coronavirus, nous l’ignorions il y a un mois, ensuite parce que même si la virulence de ce virus est jusqu’à présent plus faible que craint, il tue les plus vulnérables et enfin parce que les chiffres contenus de sa propagation sont d’abord la conséquence des mesures radicales qui ont été prises.

Mais quand même…
La ralentissement de la croissance mondiale ? Rien à faire !
Les bourses qui s’effondrent ? Rien à faire !
Les entreprises à l’arrêt ? Rien à faire !
La prise de température automatique par caméras thermiques ? C’est bien !
L’annulation des évènements culturels, sportifs, religieux, commerciaux dans le monde entier ? Facile !
Le confinement de villes entières ? Logique !
Les avions cloués au sol ? Broutille !
Les quarantaines forcées dans des villages de vacances ? Bien sûr !
La fermeture des frontières ? Allons-y !
Le report des Jeux Olympiques ? Pourquoi pas !
L’arrêt des chaines de fabrication d’iPhone ? Tranquille !

Soudain, sans que nous ne rechignions jamais, nous avons accepté tout ce qui jusque-là nous faisait horreur, à commencer par l’entrave à la libre circulation des personnes et des marchandises… et c’est finalement logique, puisque dans cette époque où tout est grave, rien ne nous excite plus que la catastrophe, que l’urgence, que la « breaking news », bref, tout ce qui nourrit une civilisation dopée à l’adrénaline.

À force d’avoir banalisé l’extraordinaire, l’ordinaire s’est mu en exceptionnel. « Le Covid-19 est un virus respiratoire assez banal » pour reprendre les termes exacts du professeur Daniel Camus, spécialiste en maladies infectieuses et maladies émergentes à l’Institut Pasteur de Lille. Il tue, mais il tue peu… moins qu’une saison de grippe, moins que le paludisme, moins que la diarrhée ou la malnutrition, moins que les accidents de la route, la tuberculose ou le diabète, moins que la guerre en Syrie, le blocus du Yemen ou la pollution dans les mégalopoles. Moins, beaucoup moins. Mais voilà, le paludisme, la tuberculose ou le blocus du Yemen, ça ne mérite pas de « breaking news », ça ne fait pas les gros titres et ça ne fait pas d’audience parce que ça n’excite personne.

Voilà donc le premier enseignement de ce spasme: Le coronavirus n’est pas le nom d’une crise sanitaire mondiale, il est d’abord une nouvelle manifestation du fonctionnement débridé d’un modèle basé sur la croissance et qui ne se régule que par le dysfonctionnement.
Le coronavirus est également un nouveau symptôme plus grave, plus profond et finalement plus virulent de la névrose obsessionnelle de nos société contemporaines, des sociétés où tout se consomme, où tout se consume, où tout se dévore comme un menu big mac, vite, seul et salement, comme n’importe quelle marchandise, à commencer par l’information quand elle est sensationnelle ou sensationalisable.

Mais il y a un second enseignement, plus réjouissant, plus étonnant, plus précieux finalement, car la crise du coronavirus c’est aussi la démonstration de notre incroyable capacité d’adaptation, d’action et de réaction, celle-là même qui nous fait tant défaut face aux sujets véritablement vitaux et devant lesquels nous nous tordons les doigts en nous répétant inlassablement qu’il n’y a pas de problème qu’une absence de réponse ne finisse par régler. Dès lors, et même si nous sur-réagissons face au Covid-19, nous démontrons dans le même temps que nous savons réagir, que nous savons détecter un péril et que nous savons encore nous mobiliser mondialement, collectivement, presque solidairement.

Qu’attendons-nous pour faire preuve de la même volonté et de la même efficacité dès lors qu’il s’agirait de sauver des centaines de milliers d’enfants du froid et des bombes à Idlib, des millions de familles de la faim en Afrique, des centaines de millions d’êtres humains de l’exode partout où le niveau des mers les chassera bientôt, ou même des milliers de migrants, entassés sur des canots pneumatiques, et qui se noient sous nos yeux en Méditerranée…

Malheureusement, pour l’heure, cette capacité à agir ne se manifeste que pour perpétuer plutôt que pour transformer et le principe d’action qui a prévalu comme jamais depuis quelques semaines n’est que le réflexe de protection de notre modèle avant sa remise en marche totale. Car, rassurons-nous, une fois achevé le looping Covid-19, nous reprendrons la course folle de ce Roller-Coster mondial à la rencontre d’un nouveau virage serré où les mêmes sensations déclencheront les mêmes cris hystériques, les mêmes plateaux télé, les même réunions de crise, les mêmes décomptes journaliers, les mêmes images choc, tous acteurs, réalisateurs et producteurs de ce film catastrophe auquel nous participons H24 et dans lequel s’enchaînent les scènes toujours plus spectaculaires d’un incendie géant en Australie, d’un crack boursier à New York, d’une tuerie de masse à Las Vegas ou d’un nouveau virus à Wuhan.

Il y a dans la façon dont nous investissons toutes ses crises successives et dans la puérilité qui nous empêche d’en tirer les bons enseignements, les excès et l’inconsistance  d’une société adolescente et qui peine à en sortir. Nul doute pourtant que notre civilisation occidentale soit en pleine mue, entre deux âges, profitant des dernières heures de cet été qui s’étire depuis l’avènement du capitalisme mondialisé; nul doute également que nous ayons expérimenté au cours de cet âge notre capacité à vivre et à survivre, à détruire et à construire, à prendre et à rendre. Nous savons désormais parfaitement de quoi nous sommes capables. Il nous reste à savoir ce que nous choisirons de faire dans ce nouvel âge, du pire ou du meilleur.

8 réflexions sur “De quoi le coronavirus est-il le nom ?

  1. De nouveau une analyse que j’approuve dans tous ses détails.Je m’interroge de la même façon et cela me fait penser à un extrait de film qui disait: il y a trois catégories de gens 1) ceux qui s’interrogent et qui ont la réponse 2)ceux qui s’interrogent et qui n’ont pas la réponse 3) ceux qui n’ont même pas la question. La seule chose que je capte est que la catégorie 1 n’est pas très bavarde. Serons-nous maître et adulte face à notre destin? Ce nouveau monde qui se prépare sera-t-il celui de notre espoir? Merci à vous!

    1. Oui je l’avais vu aussi sur les flacons, ça a circulé sur internet !
      Pas d’accord avec tout ce que vous dites dans votre texte notamment que la course folle va reprendre ensuite. Il y a d’autres prévisions à mon avis. C’est le moment de grandir et dépasser tout celà par la force en chacun de nous.

  2. Mais le virus Corinavirus n’est pas né d’aujourdh’ui, il date cela est notifié sur les bouteilles des produits désinfectants des mains, alors, la recherche ou la prévention était déjà de mise….Et ⁉️⁉️⁉️

Laisser un commentaire